Rdv au Bocal

Le 18 mai, le Bocal Littéraire accueille l’auteure Fadila Semai dont la venue en février dernier avait dû être reportée.

L’auteure 

Fadila Semaï a été journaliste en presse écrite et audiovisuelle, notamment pour : Antenne 2, France 3, l’Evénement du Jeudi, Les Dossiers du Canard Enchainé. De 1996 à 2002, elle a été reporter puis rédactrice en chef à Canal plus (Le Vrai Journal, Un Autre Journal, Nulle Part Ailleurs Midi). Après avoir été ensuite consultante en audiovisuel, elle se consacre aujourd’hui à l’écriture.

Le livre 

Vingt ans après l’assassinat des moines de Tibhirine, un épisode de la vie de leur prieur restait encore mystérieux : on savait qu’au temps de la guerre d’Algérie, Christian de Chergé, alors sous-officier, avait noué une forte amitié avec un certain Mohamed, qui l’aurait un jour sauvé d’un guet-apens des « rebelles », et l’aurait ensuite payé de sa vie. Mais qui était ce Mohamed, et en quoi ces événements avaient-ils influé sur le destin de Christian de Chergé ? Fadila Semaï, mue à la fois par son instinct de journaliste et par sa fascination pour une telle rencontre improbable entre le chrétien et le musulman en des circonstances si tragiques, a voulu mener l’enquête.
Lorsqu’elle arrive à Notre-Dame de l’Atlas, elle ne possède alors que quelques éléments épars, mais grâce aux soufis qui avaient entretenu une relation de fraternité spirituelle avec les moines, elle parviendra à dénouer tous les fils de l’histoire. Elle découvrira surtout, à travers un document totalement inédit signé de Christian de Chergé, la qualité de relation qui l’a uni avec son « ami parti devant », et combien cette rencontre fut décisive pour la spiritualité du dialogue que le prieur a plus tard élevée à son plus haut degré.
Dès lors, pour l’auteur comme pour le lecteur, cette enquête passionnante devient aussi une quête, qui nous conduit bien au-delà du « sacrifice » des moines, vers une expérience de fraternité universelle.

 

Le 15 juin, nous accueillerons Silvia Talamona pour ses illustrations et tableaux. Le vernissage est prévu le 15 juin et nous exposerons ses œuvres sur les trois sites des centres sociaux de Rillieux.

 

Pour rappel, le Bocal littéraire s’appelle désormais le BOCAL pour « Bibliothèque Ouverte aux Cultures et Apprentissages Linguistiques ». Cet acronyme rend compte des priorités du BOCAL. Notre objectif est de favoriser la mixité sociale et d’accorder une place spécifique aux personnes en parcours d’insertion et aux primo arrivants.


Articles associés :